Exclusif: la FAA exhorte les compagnies aériennes à agir alors que les opérateurs sans fil prévoient une amplification du signal 5G

Un avion commercial du sud-ouest survole une tour de téléphonie cellulaire alors qu’il s’approche pour atterrir à l’aéroport John Wayne de Santa Ana, Californie, États-Unis, le 18 janvier 2022. REUTERS/Mike Blake

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

WASHINGTON, 15 juin (Reuters) – La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a exhorté mercredi les directeurs généraux des principales compagnies aériennes américaines à agir rapidement pour faire face aux risques liés au déploiement de la 5G sans fil, afin d’éviter d’éventuelles perturbations dans les principaux aéroports à partir de la prochaine. mois.

L’administrateur par intérim de la FAA, Billy Nolen, a déclaré dans une lettre examinée par Reuters qu’AT&T (TN) et Verizon (VZ.N) veulent dynamiser les services 5G en bande C autour de certains aéroports à partir de juillet après avoir précédemment retardé leur déploiement.

Les craintes que le service 5G puisse interférer avec les altimètres des avions, qui fournissent des données sur la hauteur d’un avion au-dessus du sol et sont cruciales pour les atterrissages par mauvais temps, ont entraîné des perturbations dans certains aéroports américains plus tôt cette année.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Nolen a exhorté les compagnies aériennes à poursuivre de toute urgence la modernisation des altimètres radio, affirmant qu'”il n’y a aucune garantie que tous les grands marchés conserveront le courant (les garanties)”.

Il a averti qu’à mesure que les opérateurs de téléphonie mobile amplifient les signaux, certains “avions moins performants” pourraient ne pas être en mesure d’accéder à certains aéroports sans la modernisation des altimètres.

Le 17 janvier, les PDG des compagnies aériennes avaient mis en garde contre une crise aérienne “catastrophique” imminente qui aurait pu immobiliser presque tout le trafic en raison du déploiement de la 5G.

Sous la pression de la Maison Blanche, AT&T et Verizon quelques jours plus tard en janvier ont convenu de retarder jusqu’au 5 juillet l’activation de certaines tours sans fil et la désactivation d’autres près des aéroports quelques heures seulement avant le déploiement prévu le 19 janvier.

Cette date, Nolen a écrit mercredi “se rapproche rapidement”.

Au cours des derniers mois, la FAA a exhorté les compagnies aériennes à achever la modernisation de certains radioaltimètres d’avion qui pourraient subir des interférences du service sans fil C-Band 5G d’ici la fin de 2022.

La FAA a déclaré qu’elle en était aux premières étapes de sa collaboration avec AT&T et Verizon “pour identifier les marchés où une nouvelle tour ou une augmentation de la puissance du signal causera le moins de perturbations”.

Nolen a déclaré qu’au cours de trois séries de discussions récentes, les responsables de l’industrie avaient identifié une voie pour équiper les deux premiers groupes d’avions des radioaltimètres les plus vulnérables d’ici la fin de 2022. Une autre série de discussions est prévue vendredi.

“Nous travaillons vers un calendrier tout aussi agressif qui nécessiterait l’achèvement des rénovations pour le troisième et le plus grand groupe en 2023”, a déclaré Nolen.

Il a ajouté que “dans l’état actuel de la situation, Verizon et AT&T prévoient de poursuivre le déploiement complet de leurs réseaux d’ici la fin de 2023”.

19 autres entreprises “devraient entrer sur le marché au cours de cette période, en utilisant, espérons-le, un certain niveau des atténuations volontaires qui ont permis nos progrès jusqu’à présent”, a-t-il ajouté.

Verizon a déclaré qu’il travaillait avec la FAA, la Federal Communications Commission (FCC) et l’industrie aéronautique, et était convaincu qu’il réaliserait “un déploiement robuste de la bande C sans perturbations importantes pour le public voyageur”.

Airlines for America , un groupe commercial de l’industrie représentant American Airlines (AAL.O)Delta Airlines (DAL.N)United Airlines (UAL.O) et d’autres, ont déclaré que l’industrie reconnaissait la nécessité “de mettre en œuvre une solution permanente, tout en continuant à assurer le plus haut niveau de sécurité”.

AT&T n’a fait aucun commentaire.

Certaines compagnies aériennes ont fait part de leurs inquiétudes quant au fait de payer pour moderniser les altimètres uniquement pour faire face à un remplacement dans quelques années.

Nolen a déclaré que “sans action supplémentaire de la part de la FCC pour limiter les transmissions aux niveaux de puissance actuellement atteignables, la perspective d’une perturbation supplémentaire demeure et nous ne sommes pas en mesure d’offrir des assurances”.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de David Shepardson; Montage par Richard Pullin

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Comment