Le deuxième lanceur mobile de la NASA est trop lourd, avec des années de retard et pèse 1 milliard de dollars

Agrandir / Une comparaison de la variante initiale de la fusée Space Launch System (à gauche), avec la variante améliorée, ainsi que les tours de lancement mobiles originales et nouvelles.

BIG de la NASA

Il y a trois ans, la NASA a attribué un contrat à prix coûtant majoré à la société d’ingénierie Bechtel pour la conception et la construction d’une grande tour de lancement mobile. La tour de 118 mètres prendra en charge le ravitaillement et le décollage d’une version plus grande et plus performante de la fusée Space Launch System de la NASA qui pourrait faire ses débuts au cours de la seconde moitié de cette décennie.

Lorsque Bechtel a remporté le contrat pour ce lanceur mobile, nommé ML-2, il devait coûter 383 millions de dollars. Mais selon un nouveau rapport cinglant de l’inspecteur général de la NASA, le projet a déjà des années de retard, le lanceur pèse trop lourd et le tout dépasse de plusieurs centaines de millions de dollars le budget. La nouvelle estimation des coûts du projet est de 960 millions de dollars.

« Nous avons constaté que la mauvaise performance de Bechtel est la principale raison des importantes augmentations de coûts prévues », indique le rapport, signé par l’inspecteur général Paul Martin. Le rapport constate que Bechtel a sous-estimé la portée et la complexité du projet. À leur tour, les responsables de Bechtel ont cherché à blâmer certaines des augmentations de coûts du projet sur la pandémie de COVID-19.

Au printemps dernier, la NASA avait déjà engagé 435,6 millions de dollars pour le projet. Cependant, malgré ces importantes subventions, en mai, le travail de conception de la tour de lancement massive était encore incomplet, rapporte Martin. En fait, Bechtel ne s’attend pas à ce que la construction commence avant la fin de l’année civile 2022 au plus tôt.

Beaucoup d’erreurs

Le rapport cite une litanie d’erreurs de l’entrepreneur Bechtel, mais n’épargne pas la NASA des critiques. Par exemple, Martin a déclaré que la NASA avait attribué le contrat à Bechtel avant que les spécifications de l’étage supérieur de la fusée Space Launch System ne soient finalisées. (La mise à niveau majeure de la fusée se fera via un deuxième étage plus puissant, connu sous le nom d’Exploration Upper Stage, ou EUS). Cette absence d’exigences finales pour s’adapter à l’EUS a entravé la conception de la tour de lancement mobile, qui doit alimenter et alimenter la fusée au sol.

L’explication de la NASA pour cela est qu’elle n’avait d’autre choix que d’aller de l’avant avec la conception et la construction de la tour pour respecter un calendrier pour ses missions lunaires. Les trois premiers vols du programme Artemis, aboutissant à un atterrisseur lunaire humain au plus tôt en 2025, doivent voler sur la variante initiale de la fusée Space Launch System (qui possède sa propre tour de lancement mobile séparée). Cependant, à partir de la mission Artemis IV, la NASA souhaite lancer des missions lunaires sur la version plus puissante et améliorée de la fusée SLS, qui nécessitera la nouvelle tour de lancement mobile.

Nominalement, cette mission est prévue pour 2026, mais en réalité, elle ne volera pas avant 2027 ou 2028, en raison de retards dans les vols Artemis précédents. Néanmoins, la NASA a insisté pour que la construction de cette deuxième tour de lancement mobile soit prête pour 2026 et a demandé que des travaux de conception soient effectués sur la tour avant que les exigences finales de la fusée ne soient connues. Cela entraînera probablement des coûts supplémentaires, poussant le prix de la deuxième tour de lancement mobile au-dessus de 1 milliard de dollars.

“Nous nous attendons à des augmentations de coûts encore plus importantes car la NASA anticipe le potentiel de changements supplémentaires en raison de la finalisation des exigences de l’EUS et des défis techniques une fois que la construction du ML-2 commencera”, indique le nouveau rapport. “À la lumière de ces problèmes, la NASA réévalue les estimations du budget et du calendrier du projet ML-2 afin de fournir une représentation plus précise des augmentations prévues.”

Le fléau du cost-plus

Pourtant, Martin attribue la majorité des problèmes liés au coût et aux retards du projet à Bechtel. La situation est devenue si grave que la NASA a pris la décision extraordinaire de supprimer le travail de l’assiette de Bechtel sans réduire ses paiements à l’entrepreneur. Début 2022, pour permettre à Bechtel de mieux se concentrer sur le projet principal, la NASA et Bechtel ont convenu de retirer le développement des ombilicaux du contrat. La NASA utilisera un entrepreneur différent pour ces câbles et tuyaux et les fournira à Bechtel pour intégration dans la tour.

À la lumière de la montée en flèche des coûts, la NASA a cherché à déplacer le travail restant sur le contrat du lanceur mobile d’un mécanisme de contrat à prix coûtant majoré, dans lequel le gouvernement est responsable des dépassements, à un contrat à prix fixe, dans lequel l’entrepreneur privé assume le risques financiers. Le rapport indique qu’un tel accord n’a cependant pas encore été conclu.

Les problèmes de développement de la tour de lancement mobile et la publication imminente du rapport de Martin préoccupent de plus en plus les hauts responsables de la NASA qui s’inquiètent du retour de bâton du Congrès.

Début mai, lors d’un témoignage devant le Congrès américain, l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, envisageait les coûts énormes de la tour de lancement lorsqu’il visait des contrats à prix coûtant majoré. Citant les vertus des contrats au forfait, Nelson a dit“Vous le faites moins cher, et cela nous permet de nous éloigner de ce qui nous a affligé par le passé, à savoir un contrat à prix coûtant majoré, et de passer à un prix contractuel existant.”

Image de la liste par la NASA/David Zeiters

Leave a Comment