Premier essai de la Mercedes-Maybach S 580 2022

Je ne peux pas m’empêcher de rire tout seul en naviguant dans la Mercedes-Maybach S 580 2022. C’est alors absurdement bon à l’usage auquel il est destiné. Tout comme une Porsche 911 est à la performance, la dernière Maybach est au luxe absolu.

Une grande partie de la qualité du Maybach est due à l’excellence de la nouvelle Classe S. Des innovations technologiques telles que la direction des roues arrière, E-Active Body Control et les derniers systèmes logiciels MBUX, tous présents dans la nouvelle Classe S, établissent un plancher très élevé sur lequel la version Maybach de la voiture peut s’appuyer. Et oui, lorsque vous payez le prix de base exorbitant de 185 950 $ du Maybach S 580, vous obtenez bien plus que l’expérience standard de la Classe S.

Les apparences sont la moitié de la bataille avec des yachts de luxe comme cette voiture. Les Rolls-Royce et Bentley du monde sont redoutables sur la route, et cette Mercedes-Maybach se bat bien. Tout commence avec l’empattement plus long de 7 pouces, dont la plupart sont représentés dans les énormes “portes arrière confort”. Et nous voulons dire “confort” – ils s’ouvrent ou se ferment électroniquement via un interrupteur au plafond ou via une touche sur les poignées de porte escamotables. Une calandre massive de style radiateur remplace la calandre relativement discrète de la Classe S standard. Le montant C est nettement plus droit dans la Maybach, et il comporte un logo Maybach lumineux qui rappelle à tout le monde à quel point vous êtes riche, même la nuit.

Et enfin, il y a la peinture bicolore à couper le souffle – illustrée ici en Obsidian Black / Manufaktur Diamond White – qui coûte 12 750 $ de plus, mais qui en vaut vraiment la peine. Les robots pulvérisent d’abord tout le corps dans la couleur de la moitié inférieure, puis la ligne de séparation est peinte à la main avant que celle-ci et la partie inférieure de la voiture ne soient masquées pour que la couleur supérieure soit appliquée à la main par les peintres experts de Mercedes. Il y a beaucoup d’étapes qui viennent d’être omises, mais sachez que le processus peut prendre jusqu’à une semaine dans l’atelier de peinture personnalisée avant que la carrosserie ne revienne au processus de production normal.

Le résultat final de tous ces changements est une berline qui est à la fois de caractère profondément différent mais aussi reconnaissable comme la Classe S sur laquelle elle est basée. Elle est aussi imposante et riche qu’une Bentley Flying Spur, alors ne vous inquiétez pas d’être surclassé dans le parking du country club.

Décider quel siège occuper – le siège du conducteur ou le siège arrière en forme de salon – sur le chemin dudit country club pourrait être la décision la plus difficile qu’un propriétaire de Maybach S 580 devra prendre un jour donné. Le conducteur en nous trouve certainement le Conducteurs assise plutôt alléchante. Étant la S 580, elle est propulsée par le même V8 bi-turbo de 4,0 litres que l’on trouve sous le capot de la Classe S régulière – le V12 existe toujours, si vous le devez. La Maybach traîne un poids supplémentaire de 472 livres par rapport à la S 580 ordinaire, mais l’énorme berline passe toujours de 0 à 60 mph en 4,7 secondes. Il y a un mode de quasi-lancement qui entraîne des changements d’appuie-tête, ce qui est tout simplement idiot. Grâce à la suspension E-Active Body Control de série, il se comporte même incroyablement bien en mode “Sport” lorsqu’il est poussé. Cependant, la vitesse et l’adhérence maximale ne sont pas ce qu’est le Maybach.

Là où la Mercedes-Maybach excelle, c’est lorsque vous la mettez dans son mode de conduite unique “Maybach” et que vous la prenez facile. Ici, le réglage de l’accélérateur est plus doux ; la transmission à 9 vitesses est mise dans une configuration «low-shift» et la voiture démarre en deuxième vitesse. De plus, la suspension est détendue dans un mode de confort «maximal» pour rendre la conduite aussi douce que possible dans tous les sièges. L’expérience de conduite correspondante est aussi confortable et à faible impact pour ceux qui sont dans la voiture que possible. Il est presque impossible de troubler la paix, car chaque entrée mène à une sortie qui ne perturbera pas tant que ça votre gorgée de café. “Lisse” n’est pas un mot assez puissant pour décrire ce que Mercedes a conçu ici. Même les freins sont plus progressifs qu’une Classe S standard, ce qui se traduit par des ralentissements et des arrêts des plus gracieux. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, ils ne se sentent pas mous ou manquent de sensation – c’est vraiment très spécial.

Le système de démarreur-générateur intégré effectue un travail imperceptible en arrière-plan, coupant le moteur chaque fois que cela n’est pas nécessaire et le rallumant en un instant. Vous ne sauriez jamais vraiment quand le moteur s’arrête ou redémarre s’il n’y avait pas non plus de messages dans le tableau de bord. Nous avons vraiment atteint le point d’une technologie de démarrage/arrêt avancée et transparente.

La vaste suite de systèmes d’assistance à la conduite de Mercedes joue ici de son mieux pour réduire le stress et la fatigue du conducteur. Ce qui rend la Maybach encore plus spéciale que la plupart, cependant, c’est la façon dont elle réagit lorsque les conditions de la route passent à celles qui sont moins favorables aux systèmes de suivi de voie ou de maintien de voie. Des fins de voie abruptes, des marquages ​​de voie manquants, des transitions de zone de construction étranges et d’autres situations peuvent amener les systèmes d’assistance à la conduite à faire des choses étranges (parfois mauvaises). Quelle que soit la situation mouvementée dans laquelle le Maybach était piloté, il ne serait pas déclenché pour effectuer des mouvements erratiques ou non humains. Au lieu d’avoir à désactiver rapidement les différents systèmes de maintien de voie et de maintien de la route dans de mauvaises conditions routières, comme cela doit être fait dans la plupart des voitures, on pouvait simplement faire confiance à la Maybach pour maintenir son sang-froid.

Bien sûr, le seul endroit où vous pouvez être dans le Maybach sans risque de gêne ou de perturbation est le siège arrière, en supposant que vous spécifiez le package Executive Rear Seat Package Plus de 6 000 $. Comparé au précédent Maybach, le nouveau a progressivement plus d’espace pour les jambes, la tête et les coudes – pas comme si c’était un problème auparavant, mais celui-ci est meilleur de quelques dixièmes de pouce dans toutes les directions.

Le siège arrière peut être mis dans sa position entièrement décontractée – un maximum de 43,5 degrés – avec juste une pression sur un bouton qui déplace le siège du passager avant vers l’avant, vous allonge complètement et met deux repose-pieds vers le bas (un pour faire court et un pour les plus grands). Les deux sièges disposent de nombreux programmes de massage sélectionnables via la tablette qui repose dans la console centrale ou l’écran à l’arrière de l’appui-tête avant. Une nouveauté pour cette génération est une fonction de massage des mollets, vous pouvez donc vous moquer consciencieusement des propriétaires de Maybach de la génération précédente qui ne se feront pas masser les mollets dans leur voiture. Le siège lui-même, les accoudoirs et même l’appui-tête sont chauffants pour vous garder dans une étreinte chaleureuse et somnolente. De plus, les porte-gobelets sont à la fois chauffés et refroidis pour garder votre boisson à la température souhaitée. Même entrer est un jeu d’enfant, car Maybach a ajouté de nouveaux rappels de ceinture de sécurité pour placer la ceinture dans un endroit plus pratique à saisir.

Les affaires se font facilement à l’arrière grâce aux plateaux recouverts de cuir qui sont rangés dans la console centrale et à bien plus de prises de courant que quiconque n’en aurait jamais besoin, mais s’amuser est tout aussi facile. Une option de réfrigérateur de 1 100 $ peut être sélectionnée, et si vous le souhaitez, les flûtes à champagne argentées de marque Maybach coûtent 3 200 $ de plus. Montez le son surround Burmester 4D et les basses vous feront littéralement vibrer. Résonateurs intégrés dans le dossier de chaque siège envoient des ondes dans tout votre corps, vous donnant l’impression d’être à côté des haut-parleurs lors d’un concert de heavy metal. C’est une expérience audio embarquée différente de tout ce que j’ai connu auparavant, mais les sièges vibrants ne conviendront certainement pas à tout le monde. Heureusement, vous pouvez les désactiver ou régler leur intensité à votre guise.

Burmester mis à part, la nouvelle Maybach est promise comme étant encore plus silencieuse que la précédente. Le bruit des pneus, du vent ou de la route que vous rencontrez dans d’autres véhicules est réduit à un chuchotement, vous laissant dans un cocon de silence qui serait merveilleux pendant des heures. L’EQS pourrait avoir un avantage dans le bruit du moteur et les vibrations résultantes de la combustion interne, mais il y a aussi une certaine sérénité et un sentiment de calme de ce V8 soyeux.

Mercedes parle peut-être déjà de son système d’infodivertissement de nouvelle génération, mais aujourd’hui, rien dans cette catégorie de voitures n’est aussi luxueux ou avant-gardiste que cette version de MBUX. Il est normal que Mercedes n’applique pas non plus la version Hyperscreen de MBUX d’EQS au Maybach. Les surfaces tentaculaires en bois doublé et les interrupteurs métalliques complexes semblent plus appropriés pour cette voiture, et de toute façon, le pilote de la banquette arrière ne bénéficiera même pas d’avoir un écran massif sur le siège avant, alors à quoi ça sert ?

Tout ce qui concerne la conduite et la conduite dans le Maybach est facile, et c’est essentiel au luxe. Même la taille de cette berline ne cause pas de problèmes grâce au blocage opposé de 10 degrés dont les roues arrière sont capables. Poussez le volant à fond et le rayon de braquage est comparable à celui d’une Classe C – c’est choquant.

Vous pourriez même appeler la Maybach une bonne affaire par rapport aux autres berlines massives de ce segment. La Bentley Flying Spur V8 démarre à un peu plus de 200 000 $, et la Rolls-Royce Ghost n’est qu’un pur excès à 343 000 $. Ma voiture d’essai est sortie à 227 900 $ après options, et bien que ce soit un prix stratosphérique à payer pour n’importe quel véhicule, il offre une expérience inégalée par quoi que ce soit d’autre à ce niveau de prix. L’expérience Mercedes-Maybach qui a débuté en 2014 n’a vraiment jamais été meilleure qu’elle ne l’est actuellement.

Vidéo associée :

Leave a Comment