Teslas avec pilote automatique sous enquête NHTSA, rappel possible

Michel SimariVoiture et chauffeur

  • NHTSA a ouvert une sonde dans le logiciel Autopilot de Tesla l’automne dernier, puis a demandé plus d’informations, et étend maintenant son enquête à une analyse technique, qui pourrait conduire à un rappel.
  • Le problème à l’étude est de savoir comment le logiciel d’assistance à la conduite de Tesla identifie les incidents potentiels avec les véhicules de premiers secours arrêtés, ainsi que la façon dont les voitures alertent les conducteurs de ces problèmes.
  • Plus de 800 000 véhicules sont potentiellement concernés, y compris les modèles S construits entre 2014 et 2021, le modèle X (2015-2021), le modèle 3 (2018-2021) et le modèle Y (2020-2021).

    La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) examinera de plus près la façon dont les véhicules Tesla équipés d’un logiciel d’assistance à la conduite appelé Autopilot naviguent lorsqu’ils interagissent avec les véhicules des premiers intervenants sur les lieux d’une collision. La NHTSA a déclaré cette semaine qu’elle mettait à niveau l’évaluation préliminaire qu’elle avait commencée en août dernier en une analyse technique, qui est la prochaine étape d’un éventuel rappel de centaines de milliers de véhicules Tesla.

    NHTSA dit dans sa notice qu’il était motivé pour améliorer le statut de l’enquête en raison “d’une accumulation d’accidents dans lesquels des véhicules Tesla, fonctionnant avec le pilote automatique engagé, ont heurté des véhicules de premiers secours stationnaires sur la route ou en bordure de route tendant vers des scènes de collision préexistantes”.

    Que signifie le niveau 2

    La NHTSA a déclaré que Tesla elle-même caractérise le pilote automatique comme “un système d’automatisation de la conduite SAE de niveau 2 conçu pour soutenir et assister le conducteur”, et de nombreux constructeurs automobiles utilisent une sorte de système de niveau 2 dans leurs nouveaux véhicules. En fait, dans le cadre de l’enquête de la NHTSA l’automne dernier, elle a demandé à Tesla et à une douzaine d’autres constructeurs automobiles des informations sur le fonctionnement de leurs systèmes de niveau 2.

    Sur la base des informations publiques à ce jour, la NHTSA s’intéresse désormais uniquement à la compréhension des performances du pilote automatique Tesla. La NHTSA a suivi sa demande d’informations d’août avec une demande d’informations supplémentaires en octobre dernier, en particulier sur la manière dont Tesla apporte des modifications au pilote automatique à l’aide de mises à jour en direct, ainsi que sur la manière dont Tesla exige des accords de non-divulgation avec les propriétaires dont les véhicules font partie de Tesla. ‘un soi-disant programme de version “bêta” Full Self-Driving (FSD). Malgré son nom, le FSD n’est pas réellement capable de conduire la voiture par lui-même.

    Dans une mise à jour publique sur son enquête, la NHTSA a expliqué pourquoi le pilote automatique doit faire l’objet d’une enquête. La NHTSA a déclaré qu’elle avait jusqu’à présent enquêté sur 16 accidents et constaté que le pilote automatique n’avait interrompu son propre contrôle du véhicule, en moyenne, “moins d’une seconde avant le premier impact”, même si la vidéo de ces événements a prouvé que le conducteur aurait dû être mis au courant de un incident potentiel en moyenne huit secondes avant l’impact. La NHTSA a constaté que la plupart des conducteurs avaient les mains sur le volant (comme l’exige le pilote automatique), mais que les véhicules n’ont pas alerté les conducteurs pour qu’ils prennent des mesures d’évitement à temps.

    100 autres plantages à revoir

    La NHTSA examine également plus de 100 autres accidents survenus avec des Tesla utilisant le pilote automatique, mais qui n’impliquaient pas de véhicules de premiers secours. Son examen préliminaire de ces incidents montre que dans de nombreux cas, le conducteur était “insuffisamment réactif aux besoins de la tâche de conduite dynamique”. C’est pourquoi la NHTSA utilisera son enquête pour évaluer “les technologies et les méthodes [Tesla uses] pour surveiller, assister et renforcer l’engagement du conducteur dans la tâche de conduite dynamique pendant le fonctionnement du pilote automatique. »

    Au total, 830 000 véhicules Tesla font partie de l’enquête améliorée. Cela inclut tous les modèles actuels de Tesla, y compris les véhicules Model S construits entre 2014 et 2021, Model X (2015-2021), Model 3 (2018-2021) et Model Y (2020-2021). Les documents de la NHTSA indiquent qu’elle est au courant de 15 blessures et d’un décès liés au problème du premier intervenant du pilote automatique.

    Le sénateur Ed Markey du Massachusetts a tweeté que il est content que la NHTSA intensifie sa sondecar “chaque jour où Tesla ne respecte pas les règles de sécurité et trompe le public sur son système ‘Autopilot’, nos routes deviennent plus dangereuses.”

    Le PDG de Tesla, Elon Musk, vante toujours les avantages de la conduite autonome complète (FSD) et a annoncé l’extension du dernier logiciel bêta à 100 000 voitures plus tôt ce mois-ci sur Twitter. Il a affirmé que la nouvelle mise à jour sera capable de “gérer les routes sans aucune donnée cartographique” et que “d’ici quelques mois, FSD devrait être en mesure de se rendre à un point GPS sans aucune donnée cartographique”.

    Ce contenu est importé de Twitter. Vous pourrez peut-être trouver le même contenu dans un autre format, ou vous pourrez peut-être trouver plus d’informations, sur leur site Web.

    L’enquête sur le pilote automatique est distincte d’une autre décision récente de la NHTSA de demander plus d’informations à Tesla sur le “freinage fantôme” causé par les systèmes de freinage d’urgence automatisé (AEB) de l’entreprise. La société a jusqu’au 20 juin pour soumettre au gouvernement des documents sur des centaines de problèmes d’AEB signalés.

    Ce contenu est importé de {embed-name}. Vous pourrez peut-être trouver le même contenu dans un autre format, ou vous pourrez peut-être trouver plus d’informations, sur leur site Web.

    Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io

Leave a Comment