Un homme de la province du N. Hamgyong envoyé dans un camp de prisonniers politiques pour avoir utilisé un téléphone portable chinois

PHOTO DE FICHIER: Un Nord-Coréen parlant au téléphone dans une zone à l’extérieur de Pyongyang. (NK quotidien)

Un homme de la province du Hamgyong du Nord a récemment été envoyé dans un camp de prisonniers politiques après avoir été accusé du crime de fuite d’informations internes via un téléphone portable fabriqué à l’étranger, a appris Daily NK.

Une source dans la province a déclaré jeudi au Daily NK que l’homme, âgé d’une trentaine d’années, avait été transporté de la ville de Hoeryong au camp de prisonniers à la mi-mai.

“Il est allé au camp trois mois après avoir été arrêté par le ministère de la Sécurité d’État pour avoir utilisé un téléphone portable chinois en février”, a déclaré la source.

Le ministère avait mis l’homme sous surveillance en raison de son style de vie luxueux, qui contrastait avec les souffrances généralisées des diverses restrictions imposées par les autorités, notamment la fermeture des frontières du pays.

L’homme a été appréhendé car il était lié à un autre individu qui avait été interpellé alors qu’il tentait de remettre de l’argent à des membres de la famille de transfuges à l’intérieur du pays début février.

Lorsque des responsables du ministère ont fait une descente au domicile de l’homme, ils ont trouvé un téléphone portable chinois, ainsi qu’une grande quantité de devises étrangères, dont 10 000 USD et 140 000 RMB (environ 20 867 USD).

L’utilisation illégale par cet homme d’un téléphone portable de fabrication étrangère a été traitée comme une infraction très grave. Après avoir confisqué le téléphone, des agents du ministère ont trouvé l’application de messagerie chinoise WeChat installée, ainsi que des enregistrements d’appels téléphoniques vers la Corée du Sud. Quatre jours après son arrestation, l’homme a été transféré d’une cellule de détention de la branche municipale du ministère à un centre de détention provincial.

Le centre de détention est considéré comme un niveau supérieur à une cellule de détention et les prisonniers y sont confrontés à des interrogatoires intenses, ainsi qu’à des tortures brutales.

Interrogé, l’homme a avoué avoir transféré des fonds à l’aide d’un téléphone portable chinois qu’il avait acheté à cet effet en 2019 et avoir envoyé des photos de documents et de bâtiments à l’intérieur de la Corée du Nord en échange de grosses sommes d’argent depuis 2021.

Après plus de 100 jours d’interrogatoire, l’homme a été incarcéré dans un camp de prisonniers politiques pour espionnage, selon la source.

Pendant ce temps, la femme de l’homme, qui est dans la vingtaine, a été condamnée à un an de travaux forcés pour avoir encouragé le comportement criminel de son mari et ne pas l’avoir dénoncé.

Les lourdes peines semblent viser à encourager les gens à être vigilants quant au signalement de comportements criminels et à leur rappeler que n’importe qui peut être poursuivi pour ne pas le faire.

“Le ministère de la Sécurité d’État utilise tous les moyens possibles pour empêcher que des informations internes ne soient divulguées au monde extérieur”, a déclaré la source. “La répression de l’utilisation des téléphones portables chinois dans la région frontalière est de pire en pire, et la plupart des gens essaient d’éviter d’attirer l’attention [from the authorities].”

Traduit par David Carruth. Edité par Robert Lauler.

Veuillez adresser tout commentaire ou question concernant cet article à dailynkenglish@uni-media.net.

Lire en coréen

Leave a Comment