Un investisseur de Tesla poursuit Musk et son conseil d’administration pour “culture de travail toxique”

Un actionnaire de Tesla a poursuivi le constructeur de voitures électriques, le PDG Elon Musk et son conseil d’administration, les accusant de négliger de traiter les plaintes pour discrimination et harcèlement au travail et d’engendrer une “culture de travail toxique”.

Le procès de jeudi est le dernier en date contre Tesla, accusé de discrimination raciale et de harcèlement sexuel dans ses usines. L’État de Californie a également déposé plainte plus tôt cette année.

“Tesla a créé une culture de travail toxique fondée sur des abus et des discriminations racistes et sexistes contre ses propres employés”, a déclaré l’investisseur, Solomon Chau.

“Cet environnement de travail toxique s’est développé en interne pendant des années, et ce n’est que récemment que la vérité sur la culture de Tesla a émergé”, a-t-il ajouté dans la plainte.

“La culture de travail toxique de Tesla a causé un préjudice financier et des dommages irréparables à la réputation de l’entreprise.”

Tesla n’a pas immédiatement répondu à un e-mail sollicitant des commentaires en dehors des heures normales d’ouverture aux États-Unis.

Kendall Law Group, les avocats représentant Chau, n’étaient pas disponibles en dehors des heures normales de bureau aux États-Unis.

Tesla a déclaré ne pas tolérer la discrimination et a pris des mesures pour traiter les plaintes des travailleurs.

Le procès accuse les accusés – Musk, 11 membres du conseil d’administration de Tesla et la société – d’avoir manqué à leur obligation fiduciaire en omettant de traiter et de remédier aux signaux d’alarme concernant les rapports internes de discrimination et de harcèlement.

Cela a entraîné la perte d’employés de haute qualité par Tesla et des coûts pour la défense des affaires et le règlement des amendes pour violation, a indiqué le procès.

L’affaire est Chau et al c. Musk et al, US District Court, Western District of Texas (Austin), 1:22-cv-00592.

Reportage de Sayantani Ghosh et Kevin Krolicki à Singapour et Abinaya V à Bengaluru; Montage par Kim Coghill

Leave a Comment