Un projet de loi de Caroline du Nord vise à mettre fin au fléau des chargeurs de VE gratuits

La Caroline du Nord semble être en guerre contre elle-même au sujet de la recharge des véhicules électriques dans l’État. Comme repéré par Technique proprele représentant Keith Kidwell et trois autres sponsors ont présenté Projet de loi interne 1049, appelées “Stations-service équitables pour véhicules gratuits”. C’est le titre court, le bref résumé étant que Kidwell et sa société pensent que tout le monde doit être conscient de la recharge “gratuite” des véhicules électriques ou recevoir les mêmes avantages, quel que soit le type de voiture qu’ils conduisent. Le premier article stipule que « toute personne qui exploite une entreprise où des bornes de recharge pour véhicules électriques sont mises gratuitement à la disposition du public doit s’assurer que chaque client de l’entreprise, qu’il utilise ou non les bornes de recharge, est informé, sur le reçu des achats, du pourcentage du montant du prix d’achat total du client qui résulte de la fourniture gratuite par l’entreprise de bornes de recharge pour véhicules électriques. »

Le sous-texte de cela est que “chaque client doit savoir ce que ces conducteurs de VE obtiennent gratuitement en raison de votre contribution aux coffres du restaurant”. C’est aussi malhonnête qu’absurde, mais le projet de loi n’est pas terminé là.

La section 2 vise les bornes de recharge gratuites pour véhicules électriques que le ministère des Transports de Caroline du Nord a installées à des endroits comme les aires de repos. Cette partie déclare que le NC POINT ne peut pas fournir de recharge gratuite à n’importe quel endroit sur un terrain appartenant ou loué par l’État à moins que le NC DOT ou la personne qui loue le terrain “fournit gratuitement de l’essence et du carburant diesel pour les véhicules à moteur via une pompe au public”. Si Transport veut recharger gratuitement la batterie Ford Mustang Mach-E de Billy, il doit également proposer de recharger le Ford F-350 de Troy pour la somme princière de rien. HB 1049 écrit le même langage dans les interdictions pour les comtés et les villes de l’État.

Ce n’est pas la fin. La section 5 exige que le fonds général de l’État accorde au DOT 50 000 $ “dans le but de supprimer toutes les bornes de recharge de véhicules électriques qui ne sont pas conformes aux dispositions de la présente loi”. Cette partie du projet de loi, selon le projet de loi, entre en vigueur le 1er juillet, que le projet de loi devienne loi ou non. Le reste du projet de loi doit attendre que le processus législatif approprié, comme la signature de la loi par le gouverneur, prenne effet.

Bien que certaines publications se sentent le “projet de loi vise à” l’équité “dans le ravitaillement gratuit des véhicules”, il nous semble ridicule de souligner à quel point ce projet de loi est ridicule et combien de solutions de contournement il y aurait pour que les entreprises privées contournent ses directives. Si les sponsors ne voulaient tout simplement pas que l’État subventionne la recharge, d’accord. Mais tenter de juger les entreprises devant le tribunal de l’opinion publique et aussi de pénaliser financièrement l’Etat est regrettable. Le tarif moyen de l’électricité commerciale de l’État est de 8,7 cents par kilowattheure. Le remplissage de la capacité brute de 98,8 kWh du pack étendu de ce Mach-E coûterait à l’État près de 8,70 $, soit moins de deux gallons de diesel de Caroline du Nord sur le marché actuel.

Nous alléguons que l’État est en guerre contre lui-même parce qu’ailleurs dans la législature de l’État de Caroline du Nord, les politiciens ont parrainé un projet de loi punir quiconque bloque un chargeur de VE, y compris les VE débranchés, les autres représentants vanté les opportunités commerciales dans la fabrication de bornes de recharge, et l’état a parlé comment il se préparera aux besoins de l’infrastructure EV.

Nous avons le sentiment qu’il y a beaucoup plus de choses à venir alors que le pays se traîne vers un avenir chargé en véhicules électriques.

Leave a Comment